Une micro station d’épuration chez moi c’est possible ?

On a tous besoin d’évacuer les eaux usées dans le respect des normes écologiques. Les experts nous parlent aujourd’hui de la micro station d’épuration chez soi. En quoi consiste-t-elle ? Serait-elle réellement efficace pour rejeter l’eau sans porter atteinte à notre environnement ? Focus sur les bienfaits de cette technologie d’assainissement à domicile ?

Qu’est-ce qu’une micro-station d’épuration

Bien qu’il soit longtemps considéré comme une solution provisoire dans l’attente d’un raccordement collectif, d’assainissement individuel des eaux domestiques utilisés ou assainissement non collectif (ANC), il représente une réponse techniquement efficace et durable à l’échelle économique.

Le recours à l’assainissement individuel en France s’est imposé non seulement comme une prise de conscience écologique, mais également comme une obligation, voire un besoin inhérent à notre hygiène de vie. Et en dépit des ses coûts assez élevés, les gens sont de plus en plus intéressés grâce aux aides financières proposées.

La micro-station d’épuration est une solution d’assainissement des eaux usées, qui fait partie des filières agréées d’assainissement individuel. Aussi compact que performant le dispositif assure à la fois leur prétraitement et leur traitement. Le principe est obligatoire en France pour les logements qui ne sont pas rattachés à tout-à-l’égout communal, environ 5 millions de maisons. Il s’agit d’une nouvelle technologie au service du particulier mais dont les  coûts sont plus importants que les autres solutions. La fosse septique était l’un des dispositifs les plus utilisés en tant que procédure d’assainissement non collectif. Mais en 2008 on en a interdit l’usage parce qu’elle ne faisait que traiter les eaux des toilettes. Aujourd’hui, par contre les micro stations dépuration ont l’atout de traiter toutes les eaux, qu’elles soient des eaux grises ou des eaux de vannes.

Solutions proposées pour l’assainissement non collectif

Deux processus d’assainissement sont proposés : le mode de culture libre ou à boue activée, un processus où les bactéries sont suspendues dans l’eau et dans la boue et le mode à culture fixée, c’est-à-dire que les bactéries restent fixées sur un support. La micro station doit être absolument agréée par les autorités. Pour se renseigner davantage, vous pouvez consulter le site web du ministère de l’écologie et du développement durable.

Les professionnels vous proposent des dispositifs compacts et performants en béton, polyéthylène ou en polyuréthane, capables de traiter au moins 3000 L. Les micro-stations à culture fixée, ont désormais l’avantage de procéder à une élimination continuelle des détritus et des bactéries nocives sans répit avec une consommation électrique économique.  Mais attention à l’instar de la fosse septique, les micro-stations ne peuvent pas se charger de l’assainissement des eaux de pluie car elles peuvent contribuer à une sorte de perturbation du fonctionnement du système.

Installation et conception d’une station d’épuration

Pour bénéficier d’une micro station d’épuration individuelle chez soi et qui fonctionne de manière performante, la station doit avant tout être conçue de manière à s’adapter aussi bien l’usage qu’aux contraintes éventuelle du terrain. Pour éviter les dérives, il convient de faire appel à un concepteur dans un bureau d’étude. Ses conseils vous seront d’une grande aide dans la mesure où il vous aiguillera quant au respect des règlements, vous recommandera les solutions adaptées, vérifiera la conformité de votre installation aux réglementations déterminées et se tiendra responsable de ce choix durant 10 ans.

Que vous privilégiez une installation traditionnelle dans le sol ou un dispositif agréé, vous êtes toujours amenés à investir dans les dispositifs de collecte, de prétraitement, de traitement et d’évacuation des eaux usées. Mais quel que soit le choix, toutes les installations ont besoin de quatre éléments qui sont : collecte, prétraitement, traitement, et évacuation. Quant aux étapes cruciales, elles sont les suivantes : préparer la fosse/déposer le lit de sable ou de gravier/installer le dispositif/remblayer/ branchement avec le système des eaux de la maison et raccordement électrique. Mais la condition sine qua non pour la validation de ce projet est principalement l’accord et les consignes de la mairie.

Spa, jacuzzi, bains à remous : comment aménager son jardin comme un hâvre de paix ?
Abri et couverture, pool house : comment bien aménager sa piscine ?